Luxexpo The Box
24 - 25 avril 2024

A@W Newsletter

L’avenir du lieu de travail

12 mai 2022

Les environnements de travail ont commencé à changer à un rythme jamais vu depuis quelques années, un mouvement encore accéléré par la pandémie. Mauro Brigham, président de l’AiNB (l'association des architectes d’intérieur de Belgique) depuis octobre 2020 et cofondateur de l’agence créative ncbham, travaille depuis des années sur la définition de l’environnement de travail de demain.

 


Mauro Brigham, président de l’AiNB et cofondateur de l’agence créative ncbham. Photo © Huy Nguyen

 

 “On remarque une plus grande fluidité entre le privé et le professionnel”

Mauro Brigham

 

Comment Brigham voit-il l’environnement de travail de demain dans sa propre agence créative à Bruxelles, qui emploie actuellement une trentaine de collaborateurs ? Nous sommes allés à la rencontre de cet homme né au Portugal, arrivé à Anvers à l’âge de 15 ans et qui a obtenu un diplôme d’architecture intérieure à l’‘École des Arts St-Luc’ de Saint-Gilles (Bruxelles). Cofondateur de ncbham, il est actuellement directeur créatif à la tête d’une équipe multidisciplinaire et multiculturelle d’architectes d’intérieur, architectes, designers graphiques et industriels et de ce qu’ils appellent en interne des experts ‘Food’. Sur son site web, l’équipe de ncbham explique, entre autres, qu’elle crée des environnements uniques centrés sur l’expérience.

 

Brigham participera à la première édition d’ARCHITECT@WORK Bruxelles le 1er et 2 juin à Tour & Taxis. Accompagné de Sophie Green, une autre pionnière du nouvel environnement de travail, il explora plus en détail l’avenir de l’environnement de travail et les nombreux défis qui attendent le secteur dans une conférence intitulée ‘Workplace Reborn, challenges of today and beyond’. En attendant ce séminaire, nous avons interrogé Mauro sur la façon dont son agence aborde ce sujet.

 


Sophie Green va aborder en détail avec Brigham l’avenir de l’environnement de travail à ARCHITECT@WORK Bruxelles, lors du séminaire ‘Workplace Reborn, challenges of today and beyond’. Foto © sophiegreen

 

Décisions stratégiques


“Personne n’a de boule de cristal et ne sait exactement de quoi l’avenir sera fait”, voilà une entrée en matière assez surprenante. “Ce qu'on peut faire, c’est identifier certains éléments. Et surtout expliquer comment procéder en tant que designer.”

 

“Lorsque quelqu’un s’adresse à nous, il y a toujours plusieurs décisions stratégiques importantes à prendre. Dans notre cas, cela signifie commencer par analyser les besoins actuels et potentiels du client. Il faut donc considérer à la fois le passé, le présent et l’avenir et tâcher d’anticiper ce qui peut changer plus tard. Y aura-t-il, par exemple, davantage de télétravail ? Si c’est le cas, vous devez en tenir compte en tant que designer. Vous devez anticiper les changements potentiels dans les comportements et la direction qu’ils vont prendre.”

 

Pour illustrer ses propos, Mauro se base sur le concept de l’efficience. Qu'il associe à la diversité des salles de réunion, des espaces de collaboration, des zones de cocréation et à la pertinence des appareils et de la technologie qui équipent ces espaces.

 

“Dans les grandes entreprises, on voit que les choses changent après deux ans de télétravail plus ou moins forcé à cause de la pandémie. Travailler au bureau est devenu difficile pour beaucoup, mais aujourd'hui, les entreprises souhaitent un retour physique des collaborateurs sur le lieu de travail. Les bureaux doivent donc être plus attrayants et mieux adaptés aux interactions sociales. Ce dernier point s’applique aussi aux restaurants, par exemple. Actuellement, les gens aspirent à des environnements de travail moins formels, plus familiaux.”

 


Le bâtiment Arts 56 au cœur de Bruxelles a une architecture brutaliste minimaliste, typique des années ‘60, avec des matériaux nobles et durables, comme la pierre naturelle et le bois rare. Photo © ncbham

 

“On observe simultanément un glissement au niveau de la qualité des matériaux utilisés. Les gens veulent plus de qualité, ce qui fait qu’on opte pour des matériaux plus nobles et plus durables. C’est précisément dans ce domaine que les architectes d’intérieur peuvent prendre l'initiative et jouer un rôle moteur dans le débat. Ils observent une plus grande sensibilité du public à ce niveau et peuvent donc proposer des matériaux avec une faible empreinte écologique au lieu du plastique, qui symbolise la quintessence des matériaux polluants.”

 

Les observations de Mauro Brigham et son équipe vont évidemment au-delà du lieu de travail. Ils notent par exemple qu’en 2022, les gens bougent beaucoup plus qu’avant.

 


En 2016, le BEP (Bureau Economique de la Province de Namur) a lancé un concours d’architecture pour le réaménagement, la transformation et la conception du nouveau hub créatif TRAKK. ncbham faisait partie de l’équipe gagnante et a réalisé le design intérieur de l’espace de coworking. Photo © ncbham

 

Moins de cloisonnement


“Aujourd'hui, une journée est très dynamique, la routine ‘9h-17h’ n’est plus d’actualité depuis longtemps. La matinée peut commencer par une réunion, puis un atelier avec une pause à midi, suivie par une autre réunion et ensuite une heure pour s’occuper de l’administratif. On peut donc oublier la notion de bureau classique.”

 

“Comme les gens ont davantage de flexibilité, on voit qu’ils commencent généralement à travailler dans le train ou le métro. Et ils sont constamment connectés, ce qui modifie la notion de début et de fin de la journée de travail. Ce qui veut dire aussi que cela permet de prendre du temps en milieu de journée pour faire du yoga ou une balade dans le parc, avec des heures flottantes en fin de journée. L’aspect privé et travail sont beaucoup moins cloisonnés qu’avant et c’est quelque chose dont il faut tenir compte.”

 

De là, notre interlocuteur rebondit directement vers sa vision du travail ‘Future Proof’. En substance, il s’agit de trouver un autre équilibre entre la vie privée et professionnelle.

 


Le nouveau restaurant de l’immeuble Glaverbel à Bruxelles allie à la perfection expérience gastronomique et interaction humaine. Photo © ncbham 

 

“On remarque une plus grande fluidité entre les deux. Les entreprises doivent embrasser ces nouvelles habitudes pour assurer cette fluidité à leurs employés. Notamment en adaptant certains éléments de leur politique et certaines directives en matière de ressources humaines.”

 

Pourquoi l’AiNB ?


Pour terminer, nous demandons à Mauro ce qui l’a poussé à devenir président de l’AiNB, qui est depuis 1952 le seule fédération professionnelle et association de défense officiellement reconnue pour les architectes d'intérieur qualifiés et actifs dans la profession.

 


Un projet pour Belfius. Ici, la cafétéria a un usage mixte. En journée, elle sert d’espace de travail, permettant aux collègues de se retrouver, de s’isoler dans un espace public et de profiter du catering. Photo © ncbham 

 

“La profession d’architecte d’intérieur n’est pas une profession protégée, ce qui occasionne toujours des problèmes directs et indirects de crédibilité. Or, on parle ici de la crédibilité d’un métier qui a acquis un rôle central dans la définition du bien-être et l’implémentation d’espaces collectifs et individuels de qualité, inspirants et modernes.”

 

“Une fédération pèse bien plus lourd dans la balance que l’individu. En définitive, mon but est avant tout d’aider à donner plus de visibilité à l’architecte d’intérieur, tout en resserrant les liens entre la pratique, l’enseignement et l’industrie.”

 

Écrit à l'origine par Jan Hoffman

L’avenir du lieu de travail
Retour à l'aperçu

A@W Newsletter

Tenez-vous informé(e) et abonnez-vous à notre newsletter mensuel!

>> S‘abonner

Intéressé(e) par de la visibilité dans notre newsletter ?

>> Cliquez ici !

En collaboration avec

 

Sponsor Exclusive

Sponsor Friend

Lighting partner

Design & Plan

Partenaires média