Luxexpo The Box
24 - 25 avril 2024

A@W Newsletter

“Tu es né de la terre et tu retourneras à la terre” La circularité jusqu’au cœur des briques dans une maison à Tirlemont

8 décembre 2022

Aujourd’hui, tout ce que nous entreprenons ou presque est guidé par une même volonté : prendre le plus grand soin de notre planète. Et le secteur de la construction a évidemment ici un rôle particulièrement important à jouer. Nous vous emmenons à Tirlemont, à la découverte de l’habitation circulaire du couple d’architectes Peter van Impe et Evelien Broeckx du bureau d’architecture AST77, qui élève l’approche durable au rang d’art. Ici, un seul matériau structurel de base – la terre - et un plan ouvert, pour une maison flexible et adaptable à ses utilisateurs.

 

par Jan Hoffman

 

Cette maison circulaire avec espace bureau est située dans un parc public de 11 hectares en bordure du centre-ville historique de Tirlemont. Et comme les architectes aiment à le dire eux-mêmes, c’est une interprétation presque littérale de l’expression "un colosse de brique aux pieds d'argile". En effet, c’est un bâtiment majestueux de 15 mètres qui se dresse devant nous, où la terre joue le rôle principal, qu’elle soit battue ou cuite. Un projet vraiment singulier, non seulement par ses matériaux (uniquement locaux) mais aussi par les techniques de construction ancestrales utilisées.

 

 


Dans cet imposant bâtiment de 15 mètres de haut, la terre, qu’elle soit battue ou cuite, joue le rôle principal. La façade ouest est entièrement transparente. 

 

Ancrée dans le sol argileux de Tirlemont

La maison est solidement ancrée dans le sol argileux de Tirlemont, mais portée en son centre par un mur en terre battue, construit selon un savoir-faire ancestral, sans liant ni renfort artificiel. Ce mur de 40 centimètres d'épaisseur et 15 mètres de haut est l'un des plus hauts murs de terre battue non liés d'Europe.

 

“On peut le voir comme un ensemble robuste, avec une base fragile”, clarifie Peter Van Impe. “Le mur constitue le noyau porteur de l'enveloppe en briques et attire l'attention sur la maison. Il semble solide, mais il est plus fragile et vulnérable qu'il n’y paraît. En effet, il est fait de simple ‘terre’. Si on y ajoute de l'eau, il reprend sa forme liquide de base... la boue.”

 


La maison est portée en son centre par un mur en terre battue.

 

“Lors de la conception, nous avons appliqué au maximum les principes de la construction circulaire, que nous avons poussé le plus loin possible. Et cela tant pour les matériaux utilisés que pour les techniques de construction. Nous voulions par exemple maximiser la réutilisation des matériaux en cas de démolition ultérieure. Afin de prendre le moins de risque possible, nous avons donc utilisé les matériaux autant que possible dans leur forme nue, sans finition. Car comme chacun le sait, séparer les matériaux de construction et de finition lors de la démolition n’est pas une sinécure et c’est l’un des freins majeurs à leur réutilisation.”

 

‘Terre’ extraite sur place

Pour la construction de cette maison, on s’est littéralement servi de la terre présente sur place. Peter Van Impe, qui a fait appel à une grande équipe d'experts externes pour la réalisation de sa maison, caressait l’idée d'utiliser les ressources même du terrain pour la construction. En collaboration avec l'équipe de construction (BC Studies, Het Leeminscaat et Util), AST77 a donc étudié comment utiliser le sol argilo-limoneux existant pour construire un mur en terre battue.

 


L’architecte Peter Van Impe dans son intérieur, où le choix s’est aussi porté sur des matériaux de construction réutilisables.

 

“Finalement, nous avons ajouté de l'argile au sol limoneux fin du site comme liant, mais aussi du sable grossier contre le retrait et du gravier pour des raisons structurelles”, poursuit l’architecte. “Même les matières premières ajoutées sont issues de la région. Le mélange de matériaux a été ‘damé’ sur place, pour créer le mur central de 15 mètres de haut. Trois murs extérieurs en briques de 50 cm d’épaisseur y ont été connectés par un plancher en tôle d'acier de 10 millimètres d'épaisseur. Sur l'intérieur comme sur l’extérieur, ces murs sont construits en briques rouges, appliquées selon un appareillage flamand simple et double avec un joint en retrait.”

 

Peter Van Impe a choisi la brique apparente partout pour trois raisons.

 

“Tout d'abord, nous voulions une distinction visuelle minimale entre l'intérieur et l'extérieur. Par ailleurs, les murs intérieurs en briques dissimulent les techniques de climatisation. Enfin, la brique s’inscrivait bien dans notre souhait de construction aussi circulaire que possible, comme je l’expliquais précédemment.”

 

Plan et aménagement entièrement adaptables

Et ce n’est pas tout. Le bâtiment a été conçu dans une optique de ‘changement’ sur le long terme. C’est pourquoi l’enveloppe extérieure est fixe, mais le plan et l'aménagement sont libres et totalement adaptables.

 


Les tôles des planchers et les escaliers en métal perforé assurent les connexions nécessaires entre les éléments structurels avec un minimum de chevauchement et préservent la ‘construction en structure ouverte’.

 

“En tant qu’architecte, vous devez réfléchir à l'évolution des besoins des habitants actuels et futurs. Ce qu’on voit, c’est comment les tôles des planchers et les escaliers en métal perforé assurent les connexions nécessaires entre les éléments structurels avec un minimum de chevauchement et créent une ‘structure ouverte’. De son côté, la façade ouest, entièrement transparente, offre une relation très étroite avec la nature. Cela nous a aussi permis de nous affranchir de la disposition classique en espaces de vie définies. Nous avons cassé les codes. Nous dormons en bas et vivons en haut, ce qui a ses avantages au niveau énergétique.”

 

Plusieurs nominations

Ces dernières années, le projet a reçu plusieurs nominations pour diverses récompenses nationales et internationales. Notamment pour les Belgian Building Awards 2021, dans la catégorie Circular Building. Il a également été sélectionné aux Pays-Bas pour le Nationale Staalprijs 2020 et pour l’exposition La Biennale di Venezia 2018. Ce fut aussi le seul projet du Benelux sélectionné pour le concours international TerraFibra Award 2021. 

 


La maison laisse un maximum de possibilités ouvertes pour l’évolution future. Le plan et l'aménagement sont libres et totalement adaptables.

 

“C’est gratifiant, évidemment”, conclut notre interlocuteur. “Les récompenses comme le TerraFibra Award illustrent l’importance que prennent les démarches utilisant la terre ou les fibres végétales au sein de l’architecture actuelle.”

 

“Il faut voir ce projet comme un moyen pour nous, architectes, d'apporter notre contribution, d’aider à mettre un terme à ces décennies de croissance incontrôlée engendrant des montagnes de déchets. Si nous voulons maintenir notre qualité de vie, la seule solution, c’est la circularité. Cela permet de maintenir la production, tout en limitant au maximum les déchets et le gaspillage. Le défi est de taille, mais c’est la seule option viable.”

 

Toutes les photos © Steven Massart, Maarten De Bouw et Thomas Noceto

“Tu es né de la terre et tu retourneras à la terre” La circularité jusqu’au cœur des briques dans une maison à Tirlemont
Retour à l'aperçu

A@W Newsletter

Tenez-vous informé(e) et abonnez-vous à notre newsletter mensuel!

>> S‘abonner

Intéressé(e) par de la visibilité dans notre newsletter ?

>> Cliquez ici !

En collaboration avec

 

Sponsor Exclusive

Sponsor Friend

Lighting partner

Design & Plan

Partenaires média