Luxexpo The Box
24 - 25 avril 2024

A@W Newsletter

La construction circulaire devient de plus en plus la norme, et non l'exception

9 mars 2023

Dans les bulletins d'information précédents, nous avons mis l'accent sur la pensée circulaire et l'utilisation de matériaux biosourcés produits localement. Nous avons trouvé à Bruxelles un excellent exemple de la mise en pratique de cette approche. BC materials, une filiale du cabinet d'architecture BC architects à Bruxelles, recycle la terre excavée des chantiers de construction pour la transformer en matériaux de construction ou même en objets de design.

 

par Jan Hoffman

 

BC materials est une coopérative, fondée en octobre 2018, avec une mission ambitieuse : diffuser une expertise sur les matériaux de construction. Ils souhaitent faire évoluer ce matériau comme l'une des solutions clés pour lutter contre la pollution et les déchets généralisés dans la construction. Dans sa déclaration de mission, BC materials stipule vouloir offrir une perspective low-tech, bioécologique et régionaliste de l'architecture et de la construction. C’est ainsi que la valeur ajoutée de la rénovation et de la construction peut être partagée équitablement entre les différents partenaires de la chaîne de construction. Pour se faire, il est préconisé de monter une équipe d'une dizaine de personnes, aux profils très différents. Comme par exemple, la collaboration d’un architecte avec un ingénieur industriel, un philosophe et un maçon...

 


A partir de la terre excavée localement, on peut souvent fabriquer des matériaux de construction entièrement réutilisables et quasi neutres en CO2. Photo © Anaïs Pereira

 

Comment répondre au besoin toujours croissant de matériaux durables et écologiques ? Et comment le faire à un prix concurrentiel par rapport aux matériaux de construction traditionnels ? Nous avons posé la question à Anton Maertens, un des responsables de BC materials qui souhaite initier une trajectoire allant dans le bon sens.

 

"Il y a presque 11 ans, on nous a demandé, à nous et aux architectes de BC, de construire une école au Burundi. Ce fut une expérience inspirante du fait que nous avons appris sur place, auprès d'un entrepreneur local, comment construire avec de la terre non cuite", dit-il. "Nous devions bien entendu être en mesure d'appliquer ce savoir-faire également en Belgique. Nous avons donc commencé à l'intégrer dans nos projets avec BC architects. Ceux-ci ont connu un certain succès, en plus d'un bien meilleur impact écologique. Il est donc apparu évident que cette approche pouvait être très utile en architecture."

 

"Parallèlement, dans notre ville de Bruxelles, nous avons remarqué que l'on extrayait beaucoup de terre, 2 millions de tonnes par an, seulement dans cette ville. Cette terre est généralement déversée dans des carrières ou des mines, mais nous avons constaté qu'elle est souvent de bonne qualité et que l'on pouvait en faire des matériaux de construction. Ces matériaux de construction présentent un certain nombre d'avantages spécifiques : ils sont entièrement réutilisables et sont pratiquement neutres en termes de CO2. C'est pourquoi nous avons fondé BC materials : pour pouvoir produire nous-mêmes ces matériaux."

 

L'accent est mis sur les architectes


Ce n'est pas un hasard si BC materials s'adresse principalement aux architectes. On peut déjà dire que les chiffres montrent déjà que l'intérêt est énorme. Les 50 tonnes par an en 2019 ont été multipliées par dix l'année dernière et la fin de la croissance ne semble pas s’annoncer.

 


Carreaux fabriqués à partir de terre taillée, ici lors d'une application dans un projet à Jette. Photo © Jasper Vanderlinden

 

"Si vous voulez mon avis, il est essentiel que nous pensions comme des architectes et que nous sachions ce dont ils ont besoin pour leurs projets. Peut-être trouvent-ils également intéressant de voir que nous réinvestissons systématiquement nos revenus dans la diffusion, la R&D et l’expansion des infrastructures afin de maximiser les impacts environnementaux bénéfiques", poursuit Anton. "Vous pouvez constater que les architectes ont un intérêt croissant pour les matériaux circulaires et écologiques, et pas seulement pour les concours où cela est important. Ils réfléchissent également de manière positive à d'autres modèles de travail, à d'autres méthodes de production et à un climat intérieur bien meilleur."

 

De nombreuses applications


Si nous voyons ce que BC Materials commercialise, nous constatons que les applications de la terre excavée sont multiples. Nous voyons des briques d'argile (blocs de construction non cuits), des chapes, des enduits d'argile... et même une lampe design récemment lancée, la Lampe-en-Terre.

 


La briquette est un bloc d'argile comprimée, de différentes tailles, destiné à la construction de murs de maçonnerie. Photo © Thomas Noceto

 

"Notre mission est de démontrer que les matériaux de construction géo et biosourcés offrent de nombreuses possibilités. Par exemple, à Arles, pour le projet Luma, nous avons travaillé avec différents matériaux de construction basés sur les flux de matériaux locaux de la région. Et nous avons travaillé avec certains des meilleurs entrepreneurs de matériaux en terre, ce qui a permis de combiner parfaitement l'esthétique et l'écologie. Nous avons très spécifiquement utilisé de l'argile de tige, un plâtre à base d'algues et des briques en terre non cuite, à partir de flux locaux."

 

"Au cœur de Bruxelles, le projet Carp est un très beau projet. Les architectes de Hé Architectuur ont créé un projet résidentiel de grande qualité en densifiant et en utilisant des matériaux biosourcés tels que des bottes de paille, du liège et du chanvre à chaux, avec une finition en plâtre de terreau blanc de Brusseleir et un mobilier en argile blanche. Il s'agit d'une excellente illustration de la façon dont les matériaux naturels tels que la paille, la terre et le bois peuvent également être utilisés dans un environnement urbain. Le résultat est un espace de vie très agréable, plus vaste, tout en ayant un très faible impact écologique."

 

Les réductions de prix se poursuivent


On suppose généralement que les matériaux de construction biosourcés sont beaucoup plus chers que les matériaux de construction traditionnels. En réalité, selon Anton Maertens, ce n'est plus le cas depuis un certain temps. En fait, selon lui, nous parvenons à faire en sorte que les matériaux de construction soient de moins en moins chers...

 


Même les objets de design font partie des possibilités. Voici la Lampe-en-Terre, fabriquée à partir de terre excavée dans une cour de Bruxelles. Photo © AVANDI

 

"A titre d'exemple, je prends notre briquette. C'est un bloc de terreau compressé, sous différents formats pour la construction de murs de maçonnerie. Vous pouvez comparer ce produit à des briques en terre cuite ou en ciment, mais avec un impact beaucoup plus faible (jusqu'à 90 % d'émissions en moins), avec une forte inertie thermique, un bon contrôle de l'humidité et une bonne isolation acoustique. Nous fournissons également le mortier, qui est lui aussi composé de terre.

 

"Nous sommes actuellement en train de développer cette briquette et de rendre son prix plus abordable. Nous avons systématiquement réduit le prix de ce produit chaque année - nous sommes entre-temps passés de 1,95€ / par bloc à 1,35€ - et cela montre que l'image du prix élevé de la construction circulaire est progressivement remise en question. Dans le même temps, nous augmentons également la qualité du résultat final, et vous obtenez des solutions solides et saines pour les murs intérieurs. Le marché s'y intéresse de plus en plus, et cela se traduira par un certain nombre de projets de premier ordre, dans les mois à venir et à l'automne 2023."

La construction circulaire devient de plus en plus la norme, et non l'exception
Retour à l'aperçu

A@W Newsletter

Tenez-vous informé(e) et abonnez-vous à notre newsletter mensuel!

>> S‘abonner

Intéressé(e) par de la visibilité dans notre newsletter ?

>> Cliquez ici !

En collaboration avec

 

Sponsor Exclusive

Sponsor Friend

Lighting partner

Design & Plan

Partenaires média