Luxexpo The Box
20 - 21 avril 2022

A@W Newsletter

Quand l’architecte devient son propre maître d’ouvrage

18 novembre 2021

On pourrait décrire la maison de Wüstemann comme la construction de l’impossible. S'il y a bien une chose que l’on peut en dire, c’est que l’architecte a su faire de cette habitation une forme d’art. 

 

Cet article est une traduction éditée d'un texte de base
écrit par Barbara Jahn


 
La magie de la petite échelle. Grâce à plusieurs accroches visuelles efficaces, les unités d’habitation de la Langgrütstraße paraissent plus grandes qu’en réalité.

 

 

Bien sûr, c’est toujours agréable de feuilleter des revues et des magazines avec de belles grandes photos de magnifiques bâtiments. Cela pique votre imagination, cela fait rêver – un vrai bonheur pour les yeux. Mais les constructions tangibles ont quelque chose de tout aussi beau, voire plus : des constructions abordables qui peuvent faire pour beaucoup de gens d'un beau rêve une réalité.

 

 

 
Aux confins de la beauté : quand l’intérieur et l’extérieur fusionnent dans une splendide unité spatiale.

 

 

Le bureau d’architecture suisse gus wüstemann architects a été sollicité par la fondation I+B Baechi pour concevoir à Zurich précisément ce type d’espace habitable abordable, sans rien sacrifier en matière de qualité. Gus Wüstemann a relevé le défi et a fait du bâtiment résidentiel situé au numéro 107 de la Langgrütstrasse un projet sensationnel, démontrant qu’avec des aménagements ciblés de la lumière et de l’espace et des standards revus à la baisse, il est possible de créer des espaces de vie généreux... et sans coûts supplémentaires.

"Dans le monde d’aujourd’hui, il est impératif de penser autrement. La durabilité est toujours plus présente, mais de plus en plus expressément dans le sens : moins pour l’individu, plus pour la collectivité. En architecture, comme c’est le cas pour ce projet, cela se traduit par un glissement vers le moment spatial et la qualité spatiale", avance Gus Wüstemann pour expliquer son approche de la conception.

 

 

 
La qualité de la pièce devient la mesure de toutes choses : ce n’est pas la taille qui compte, mais la fonctionnalité de l’espace.

 

 

Structure résidentielle

L’environnement dans lequel cette habitation est implantée pourrait être qualifié de ‘structure résidentielle’ : des maisons mitoyennes simples des années 1950 alignées perpendiculairement les unes aux autres, avec leurs jardins spacieux verdoyants typiques.

Le bâtiment lui-même est érigé en béton massif avec un coffrage organique et abrite quatre appartements trois pièces et demies de 60 m² et cinq appartements quatre pièces et demies de 90 m², reflétant tous la nouvelle spatialité. Ils sont tous exposés au sud, avec une grande terrasse commune par-dessus. Le soleil et la lumière en général jouent un rôle important dans cette chorégraphie spatiale : dans les deux cours intérieures, ‘taillées’ dans la structure du bâtiment, les espaces d’habitation flottent tels des passerelles et captent les rayons du soleil levant et couchant. Les ouvertures dans les pièces de vie donnent l’impression de véritables espaces extérieurs – cette configuration architecturale raffinée crée un incroyable sentiment de grandeur dans un espace foncièrement petit.

 

 

 
Les détails subtils et les éléments séparateurs fragmentaires donnent une impression de mouvement perpétuel.

 

 

Modulation des éléments délimitant

La périphérie de la pièce de vie est elle aussi malléable et transcende l’espace grâce à la modulation des éléments délimitant, qui dans cette forme ne sont pas considérés comme des séparations mais comme des protagonistes de la communication. L’habitant est assimilé dans cette topographie de la masse ; une topographie déterminée par un aménagement spatial sur mesure de divers espaces – du placard au canapé dans le salon, en passant par la cuisine.

Si on prend la salle de bain d’un appartement à quatre pièces et demies comme exemple, on voit comment elle est séparée de l’espace commun par une porte coulissante qui à aucun moment ne touche le sol. Le banc en béton qui jaillit du mur de la salle de bain crée un endroit spécial, un moment de transition juste au passage de la porte coulissante vers la salle de bain. L’espace continue à se dérouler, pour ainsi dire, comme un continuum de l’ensemble, façonnant l’intimité.

 

 

 
Les pièces avec différentes fonctions fusionnent elles aussi de manière fluide.

 

 

Ce flux constant d’espace vous enveloppe dès que pénétrez dans l’appartement. Chaque fois, l’entrée est comprimée par un élément massif en béton. On est canalisé et le moment de l’entrée est déterminé. Cette fluidité s’exprime aussi à travers le sol en béton continu, qui ‘se répand’ dans chaque pièce comme un élément unifiant, avant de céder la place au bois dans la chambre à coucher, créant un nouveau degré d’intimité. De cette manière, Gus Wüstemann a su créer tout à la fois un sentiment d’ouverture, d’intimité et de subtile vastitude spatiale grâce à un mouvement architectural simple qui transforme chaque unité d’habitation en foyer généreux.

 

Toutes les photos: © Bruno Helbling

Quand l’architecte devient son propre maître d’ouvrage
Retour à l'aperçu

A@W Newsletter

Tenez-vous informé(e) et abonnez-vous à notre newsletter mensuel!

>> S‘abonner

Intéressé(e) par de la visibilité dans notre newsletter ?

>> Cliquez ici !

En collaboration avec

Design & Plan